Kinoshita Keisuke

Kinoshita Keisuke  · 07. novembre 2022
Un amour pur de Carmen (1952)
La suite de Carmen revient au pays, 1er film japonais en couleurs et grand succès de 1951. Ce second volet est plus doux amer que le précédent. La jolie et naïve Carmen s'amourache d'un artiste moderne coureur de jupons et ça ne se passera pas comme prévu. La comédie est toujours présente mais Kinoshita s'attache à démontrer la dureté de la vie des classes pauvres (particulièrement des femmes bien sûr) face à des bourgeois dilettantes et cyniques. Comme le personnage de Carmen,...
Kinoshita Keisuke  · 15. août 2022
La Rivière Fuefuki (1960)
Au 16ème siècle, le destin d'une famille de paysans à travers plusieurs générations. La plupart des hommes aspirent à un avenir meilleur, afin d'améliorer leur situation ils prennent part aux différents conflits de l'époque. La maison de la famille, où se passe une grande partie de l'action, se situe au bord de la rivière Fuekuki. Les hommes de la famille ne cessent de traverser cette dernière afin de partir aux combats et à la mort. La fameuse rivière paraît donc marquer une...
Kinoshita Keisuke  · 03. août 2022
Comme une fleur des champs (1955)
Dans les années 50, un vieil homme (Chishu Ryu) revient dans son village natal, il se souvient de son premier (seul) amour, sa cousine de 2 ans son aîné au grand dam de leur famille. Kinoshita filme son mélodrame en 1.37 (le cinémascope viendra en 58 avec La ballade de Narayama) et place un cadre oval (iris) pour les flashbacks, en gros la quasi-totalité du film. Sur Wiki, je lis que ça rappelle les photographies de l'époque, en gros fin 19e siècle, possible, ça me rappelle aussi des...
Kinoshita Keisuke  · 01. août 2022
La Ballade de Narayama (1958)
La version d'Imamura est un de mes films fétiches, j'étais donc impatient de découvrir la version de Kinoshita, lui qui taxait (apparemment) l’œuvre de son cadet de film porno, la surprise fut grande. Contrairement à la Palme d'or de 1983, le film est réalisé en studio à l'exception de la toute fin. La caméra fluide se déplace à travers les séquences grâce à un changement de lumière, à la disparition d'un décor, d'une toile peinte etc. La mise en scène au millimètre...
Kinoshita Keisuke  · 26. juillet 2022
La légende du combat à mort (1963)
J'ai regardé plusieurs Kinoshita, hélas je n'ai pas eu le temps d'écrire dessus. Pour le moment je n'ai pas encore vu ses grands classiques (à l'exception de Carmen revient au pays), mon choix s'est porté sur des films assez courts : Le portrait, Nuages au crépuscule, Rafale de neige et Un jour comme les autres. Kinoshita ne vole pas sa réputation, je découvre un grand cinéaste dont j'attends avec impatience le visionnage de ses films phares. Mais revenons au film d'hier soir, en...
Kinoshita Keisuke  · 14. juin 2022
Le Matin de la famille Osone (1946)
Très beau film humaniste tourné juste après la guerre. Dans cette chronique se déroulant sur 3 ans, de 1943 à 1946, Kinoshita suit le destin d'une famille libérale, une veuve et ses 4 enfants dont 1 fille, confrontée à un oncle militaire et autoritaire. Le réalisateur démonte parfaitement l'idéologie militariste, viriliste et machiste, qui a mené le Japon au bord du gouffre. Face à ce terrible parent, les réactions des membres de la famille seront toutes différentes. Le cadet...